Table

Accueil au baptême

Voeux du baptême

Questions essentielles

 

Le sacrement du baptême.

 

 

Le baptême est un des trois sacrements d’initiation chrétienne . La cohérence de la démarche des parents qui demandent le baptême pour leurs petits enfants, exige un engagement effectif de leur part, à préparer leurs enfants à la communion (éventuellement à la Profession de Foi, appelée autrefois la Communion solennelle) et à la confirmation.

« Etre baptisé, ce n’est pas être purifié des souillures extérieures, mais s’engager envers Dieu avec une conscience droite, et participer ainsi à la résurrection de Jésus- Christ » (I Pierre 3,21)

 

La préparation

 

Pour le baptême des tout-petits bébés, la préparation concerne les parents. La demande doit être adressée à la paroisse où on habite, même si le baptême a lieu ailleurs. Il faut envisager plusieurs mois avant la date souhaitée. La préparation comprend une réunion collective avec les autres parents et des rencontres personnelles avec le prêtre ou le diacre qui célèbre le baptême.

 

Pour les enfants de 4 - 7ans, la préparation se fait en lien avec l’Eveil à la Foi. Elle se fait en trois étapes et dure un an.

 

Pour les enfants de 8 - 17 ans, la préparation se fait en lien avec la Catéchèse. C’est déjà une sorte de catéchuménat avec des étapes et durant deux ans.

 

A partir de 18 ans, ce sera le Catéchuménat des adultes. La demande doit être adressée à l’Equipe du catéchuménat du secteur. Le futur baptisé aura un accompagnateur et participera aux réunions de formation et aux célébrations organisées par le service du catéchuménat. L’appel au baptême d’adulte est fait par l’Evêque lui-même, alors que la célébration a lieu dans la paroisse et à la veillée pascale. 

 

Le parrain et la marraine. Un seul parrain ou une seule marraine suffit. Le parrain ou la marraine doit être âgé de 16 ans au moins, n’être ni le père ni la mère du baptisé, avoir reçu les trois sacrements de Baptême, Communion et Confirmation, mener une vie cohérente avec la foi et la mission qu’il va assumer. Un chrétien non-catholique sera admis comme " témoin " au Baptême à côté du parrain ou de la marraine catholique. Voir : Choix de parrain et marraine

             

 

CE QUE VOUS AVEZ A FAIRE

 

 

Inscription au Presbytère

toujours à la paroisse

de votre résidence principale

 

Remplir la fiche d’inscription

Prendre les documents : « Le baptême » 

 

 

Préparation

à la paroisse de votre résidence

 

Participer à une réunion des parents

Rencontrer le prêtre ou le diacre

pour continuer la réflexion  

Attention au choix des parrains/marraines.

 

 

Organiser la célébration

à voir avec le prêtre ou le diacre

 qui célèbre le baptême

 

- Textes à choisir.

- Prières à composer.

- Chants et musiques à proposer.

- Lecteurs à désigner

 

 

D’autres indications

 

Détails pratiques pour un baptême

célébré dans le secteur de Septeuil

 

 

CEREMONIE DU BAPTEME  Photos

 

 

 

Accueil

 

Musique

Dialogue initial

Le signe de la croix

L’entrée dans l’église  -  Procession - ►chants

 

 

 

Ecoute de la Parole

 

Lecture de la bible

Homélie

Prière universelle

Prière de l’assemblée (Litanies)

 

 

 

 

Rites du baptême

 

Bénédiction de l’eau

Engagement à lutter contre le mal

Profession de Foi

Baptême de l’Eau

Onction avec le Saint Chrême

Signe de lumière

 

 

 

Prière

 

Notre Père

Prière des parents

Bénédiction

Signature – Quêtes

 

 

Sortie

 

Musique

 

 

REFLEXION du P. Jean-Baptiste

 

La naissance d’un enfant est le plus grand événement du monde, car la venue de l’homme sur la terre est l’achèvement de toute création. Le baptême est donc une grande fête : la fête de la vie.

Que se passe-t-il à cette fête ?

 

1.      La présentation de l’enfant à l’église  - église comme Temple -. Le Temple  symbolise la demeure de Dieu avec les hommes. Ce rite signifie la reconnaissance des parents de ce Don de la vie. C’est un enfant qui vient de Dieu. Un enfant qui appartient à Dieu, c’est-à-dire à la vie. Il n’est pas la propriété des parents. Les parents n’ont pas le droit de faire de l’enfant ce qu’ils veulent. L’enfant n’est pas une « production » humaine, mais l’œuvre de la création divine : l’homme a été créé à l’image de Dieu.

2.      La présentation de l’enfant à l’Eglise – Eglise comme Communauté. Les parents reconnaissent que l’enfant appartient à l’humanité toute entière. Ils doivent le préparer à avoir sa place dans la société, à assumer sa part de responsabilité dans la construction du monde. Il aidera l’Eglise à devenir vraiment universelle : ouverte à toute culture..

3.      Le parrain et la marraine sont là, à la fois pour assister les parents dans cette tâche si noble : collaborer à l’œuvre de la création. Ils sont là aussi, au nom de l’Eglise - communauté de croyants - , de tous les hommes et toutes les femmes, pour tendre la main à l’enfant, lui permettant d’ouvrir ses relations à l’universel.

4.      L’enfant est marqué du signe de la Croix. La croix de Jésus est symbole de la Vie donnée.  Il est venu « pour rassembler les enfants de Dieu dispersés » (Jean 11,50). Sa mort réalise la réconciliation jusque là impossible entre les hommes et Dieu (le vertical)  et les hommes entre eux (l’horizontal). Dans certaines cultures, la croix tracée par terre signifie les quatre points cardinaux : « les hommes de quatre océans sont frères », ils doivent se rencontrer au centre. La première vocation de l’homme : devenir « lieu de la rencontre » et sa première tâche :  « oeuvrer pour la paix ». On voit bien que l’enfant accomplit déjà sa vocation et sa tâche dans la famille. Il est le lieu de l’alliance entre son père et sa mère. Son baptême réunit et rassemble la famille.

5.      De la porte de l’église, on fait une entrée. Du fond de l’église on fait une procession. On se met en mouvement, on prend la route. « Je suis la porte » (Jean 10,7) - « Je suis le chemin » dit Jésus (Jean 14,6). On entre ou on sort, on progresse ou on recule : la vie est l’exercice constante de la liberté. La vie est une aventure, un long chemin à parcourir. Chacun de nous a besoin d’être accompagné, d’être guidé. Le baptême inaugure l’oeuvre de l’éducation. Eduquer c’est guider l’enfant à acquérir sa liberté.

6.      On s’assoit et on écoute un texte biblique. La Bible n’est pas un « recueil de textes littéraires », elle est la Parole de Dieu. Cette Parole s’exprime dans telle langue ou à telle époque, selon telle culture. L’important ce n’est pas d’abord la compréhension intellectuelle du texte, mais l’attitude accueillante de celui qui écoute. Ce que les parents demandent aux enfants, n’est-ce pas d’abord : « Ecoute quand on te parle ! » ? . Obéir (du latin oboedire : prêter l’oreille à…) Ecouter est le premier acte de l’éducation, le premier élément de la communication.

7.      La prière. Prier c’est entrer en relation personnelle avec quelqu’un. Il s’agit de demander une aide, de remercier pour un cadeau ou tout simplement de partager sa joie, sa peine… Mais toujours en vérité. Prier, c’est se situer en vérité. C’est apprendre à être vrai. « La vérité vous libérera » dit Jésus. (Jean 8,32). Au baptême, nous prions pour que l’enfant soit fortifié dans le combat contre le mal – le péché, en particulier les mensonges de ce monde. Qu’il soit fortifié dans ses convictions – sa foi. On ne fait rien de bon si l’on ne croit pas ce qu’on fait. Nous prions – ou nous formons des vœux – pour que l’enfant soit heureux et nous nous engageons à construire avec lui son bonheur.

8.      L’enfant est baptisé  au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Sa vie consistera à devenir l’image de Dieu-Père qui donne la vie, de Dieu-Fils qui reçoit la vie, de Dieu-Esprit (Pneuma : Souffle de vie) qui anime la vie. L’enfant est consacré pour être comme Jésus : Roi – Prophète- Prêtre. Roi pour gouverner et rassembler. Prophète pour parler et annoncer. Prêtre pour offrir la vie.

9.      L’enfant reçoit un cierge, une bougie, une lumière. « Au commencement … était la vie et la vie était la lumière des hommes. » (Jean 1,4). La vie est   lumière en ce sens qu’ elle  se répand, qu’ elle se communique, qu’elle se donne. Vivre, c’est vivre pour… c’est vivre avec. Le « sens » de la vie  n’est pas « pour quoi » je vis, mais « pour qui » je vis. La vie est donnée pour être donnée. « La volonté de mon Père, c’est que je donne ma vie » - « Mon Père m’aime parce que je donne ma vie »  dit Jésus (Jean 10,17-18)

10.   Les signatures des parents, des parrains et marraines attestent leur engagement personnel dans cette réalisation du sacrement du baptême : un signe qui révèle que l’enfant est l’ enfant de la vie, l’ enfant de Dieu.

 

Voir aussi : BAPTEME  comme une entrée dans l’Eglise 

Pour les textes bibliques

Sélection de la Revue FETES&SAISONS  Ed.du Cerf - Paris

Pour les textes non-bibliques :

LA NAISSANCE  Les Editions de l’Atelier /Ouvrières - Paris

LE PROPHETE de Khalil Gibran   Casterman  - Tournai