Table des matières

Les traditions

Sources

 

MISSION DU P. JEAN-BAPTSTE

Retraité

 

 

Envoyé par Dieu

 

A 75 ans, un prêtre peut être « déchargé de la fonction de curé » et « mis au service »  d’une communauté chrétienne .

 

Je suis donc envoyé à Rosny-sur-Seine.  « L’idée est de permettre une présence en ce lieu, ouverture de l’église, accueil, obsèques, proximité avec les activités sur l’église et la salle paroissiale, voisine du presbytère »

 

Ce ne sera donc plus des activités à assurer coûte à coûte, mais « de manifester une présence précieuse au presbytère. »

 

Telle est la mission définie par le P. Thierry Faure, Vicaire épiscopal, au nom de l’évêque de Versailles.

 

Je ne serai plus « Curé de paroisse » mais un « prêtre » tout simplement,  ami de tous.

 

P. Jean-Baptiste

 

 

À propose de la nouvelle mission du P. Jean-Baptiste

 

 

Il faut qu’il grandisse

et que je diminue

 

·     Aux confins du désert, sur les bords du Jourdain, Jean le Baptiseur attire des foules, séduites par la nouveauté de son enseignement.

 

·     La tentation  est grande de former autour de lui une communauté permanente. Certains de ses disciples s’y essaient, s’y essaieront  longtemps, même après sa mort.

 

·     Mais Jean-Baptiste n’a qu’un but, amener ceux qui le suivent à suivre Jésus. Toute sa prédication, toute sa vie vont dans ce sens:

 

VOICI L’AGNEAU DE DIEU

 

·     Et André, Jean, Pierre et les autres entendent cet appel. Ils se mettent en route sans regard en arrière à la suite du Messie annoncé.

 

·     Pour faire naître l’Eglise, Communion des Fils de Dieu, baptisés dans l’Esprit.

 

Maurice Rémy

 

Ps. Relisons dans le chapitre 3 de l’évangile de Jean les versets 22 à 23

 

 

 

 

ALBUM DE FAMILLE : 2001-2010,

Groupement paroissial de SEPTEUIL

 

 

Quand Jean-Baptiste et Cathy sont arrivés on a tout de suite vu qu’ils souriaient. Ils avaient l’air joyeux.  C’était bon signe. (Enfin…il fallait voir sur le long terme, parce qu’au Vietnam, on sourit souvent et que nous, Européens, nous ne sommes pas toujours sûrs de bien interpréter). Si l’on était au dernier rang, on ne comprenait pas tout de suite ce que disait Jean-Baptiste. Il demandait : c’est mieux avec micro ou sans micro ? Il a fait des essais, on a changé les micros, mais de toute façon on s’était habitués en deux ou trois dimanches.

Peu à peu, un vrai courant de vie a animé la communauté ; on se réjouissait de voir des fiancés présentés pendant l’eucharistie, on n’avait plus besoin de courir après les enfants pour aller à la messe (ils avaient pris la précaution de demander avant « est-ce que c’est sûr que Cathy sera là ? »), on a appris les prénoms de paroissiens qu’on voyaient depuis des années sans s’être parlé. De vraies amitiés sont nées autour de ces messes du doyenné. On apprenait les naissances et les deuils. On partageait. On était entouré, heureux de se retrouver, on revenait sur les homélies : ce qu’on avait aimé, ce qui « accrochait ». De jeunes adultes, pas toujours très à l’aise à l’église appréciaient d’entendre parler de « la vraie vie », avec les soucis d’argent ou de travail, les conflits en famille, heureux de voir la foi non pas confinée dans la sacristie, mais « au milieu de tout ça ». Ce qui touchait l’un n’était pas toujours ce qui avait touché l’autre, preuve que chaque dimanche il y en avait pour tout le monde. On a vu aussi arriver des personnes nouvelles. De quel village étaient-elles ? Venaient-elles juste en fin de semaine ou toute l’année ? Régulier ou occasionnel, chacun avait sa place : l’accueil simple et facile a fait qu’on se sentait aimés. « Soyez heureux car vous êtes importants pour Dieu » est-il dit sur le site de la paroisse ! Merci Isaïe et merci jbdnd!

On sentait bien tout le travail qui se faisait en dehors des dimanches, les catéchistes et leurs ribambelles d’enfants, la préparation des messes, les groupes de réflexion, de prière, les visites aux malades : il est bien arrivé que l’un ou l’autre nous disions que JB est quand même assez autoritaire. Assurément, il l’est ! Une question demeure : est-ce qu’il aime ou non qu’on lui résiste ?  (Il faudra demander à Cathy…)

 Jean-Baptiste a aussi peuplé notre vie de présences : celles de nos ancêtres, là, à côté de nous, même s’ils ont disparu ; là, bien là, comme ses parents au moment de son ordination. Et puis Don Bosco et François de Sales, les maîtres : de par sa formation de salésien, Jean Baptiste a comme Cathy, mis au centre de nos préoccupations cette question de l’éducation, de la pédagogie, de la transmission que nous soyons parents ou non.

Et puis surtout, il en est si convaincu qu’il nous a convaincus à notre tour : ça vaut la peine de chercher inlassablement, d’essayer de comprendre, de tenter de se tourner vers Dieu : ouvrir le Livre, écouter la Parole, méditer, prier, agir. Tendre l’oreille à ce que les autres entendent de l’Evangile… Que ce soit source de force et de joie, il le prouve tous les jours ainsi que Cathy. Nous penserons à eux et aux nouveaux visages qu’ils rencontreront et nous continuerons dans cette voie bien tracée.

Françoise LE CORRE

De la Revue des Études

Dernier ouvrage paru:

Les jardins oubliés de l’obéissance

Voir aussi : Conférence en Centre de Sèvre sur les Traditions

 

 

 

Mission à Mulhouse

Paris 16 juillet 2014

Cher Jean-Baptiste,

 

 

Par cette lettre je viens te confirmer l'appel qui t'est adressé. Après avoir réfléchi, discuté en Conseil Provincial et prié, je t'appelle à rejoindre la Communauté Salésienne de Landser pour la rentrée 2014-2015…

 

Tu seras logé au Presbytère salésien de Mulhouse, 5 rue du 57ème RT , avec Cathy, …gardant ainsi une tradition d'accueil et d'écoute …

 

Dans ce quartier et l'église juste à côté tu seras aussi le visage quotidien de don Bosco et le successeur de tant de confrères qui ont marqués de leur charisme la population locale. Ta mission sera une mission de service à la hauteur de ce que tu peux et sais si bien faire! La Famille Salésienne présente en Alsace et plus particulièrement les confrères et les salésiens Coopérateurs auront besoin de ton expérience et ton optimisme…

Daniel FEDERSPIEL, sdb

Provincial FRB