Table des matières

Texte de référence

Lettre de Don Bosco

Education salésienne

 

PEDAGOGIE SALESIENNE

UNE PEDAGOGIE POUR LES JEUNES

 

"Moi j'ai fait le brouillon, vous, vous mettez les couleurs" aimait répéter Jean Bosco à ses disciples qui avaient pris pour nom "salésiens" en référence à François de Sales, le saint évêque connu par sa douceur et son optimisme de fond, sur l'homme et sur le monde.

 Ainsi la pédagogie salésienne, loin de constituer un système bien articulé de considérations d'ordre théorique sur l'éducation, est beaucoup plus à recevoir comme fruit d'une expérience, d'un art éducatif développé par le fondateur à une époque caractérisée, comme la nôtre, par l'ampleur des mutations et la difficulté de la jeunesse à trouver sa place. Il s'agit d'une approche très pragmatique de la pédagogie. ''Eduquer à la manière de Jean Bosco" ne pouvant signifier reproduire ce qu'il a fait, mais réinventer à sa manière. Sans prétendre être exhaustif donnons les trois composantes majeures de ce système pédagogique.

 

1 - Une pédagogie mise en oeuvre par une communauté éducative.

Travailler dans une institution, une paroisse, une oeuvre ouverte c'est inscrire dans une équipe où chacun a sa place. Le jeune tout d'abord. La caractéristique fondamentale de la pédagogie salésienne réside dans le respect du jeune accueilli. C'est avec lui que l'éducateur élabore un projet d'action éducative, et c'est avec lui qu'il en évalue la réalisation. Il s'agit toujours de considérer le jeune comme sujet de sa propre éducation, avec une attention privilégiée à celui qui rencontre le plus de difficultés. Chaque jeune est reconnu dans l'ensemble de ses dimensions, non seulement intellectuelle et technique, mais aussi sportive, expressive, affective et spirituelle.

Dans un monde marqué par le pluralisme, où le jeune est trop souvent approché de manière parcellaire et sectorielle, la pédagogie salésienne vise à promouvoir une éducation intégrale.

Voilà pourquoi elle ne peut être pratiquée qu'en équipe, chaque éducateur acceptant de confronter son regard avec celui de ses collègues. Jean Bosco était très attentif à la qualité relationnelle devant présider aux rapports entre tous les membres de l'équipe éducative sans exclure le plus humble balayeur de service.

Le dialogue est également mené de manière constante avec les familles, premiers partenaires dans l'éducation de l'enfant. L'œuvre salésienne est beaucoup plus qu'un lieu de formation: elle est aussi un lieu de socialisation, les jeunes étant encouragés dans la réalisation d'initiatives communes et par là-même un lieu d'éducation intégrale caractérisé par un climat de confiance et de respect mutuel

Le concept-clé de la pédagogie salésienne est celui de prévention. Jean-Bosco intitula sa méthode "système préventif".

L'œuvre salésienne se veut un lieu où chaque jeune est appelé à réussir sa vie. On connaît en particulier la complexité du problème posé par l'échec scolaire: s'entrecroisent des facteurs d'ordre psychologique (le premier résidant dans l'incapacité du jeune à mobiliser ses faculté d'attention), d'ordre sociologique (le premier résidant dans le manque d f investissement de la scolarité) et d'ordre pédagogique (mauvaise relation avec l'enseignant, non respect des rythmes d'acquisition et d'apprentissage...)

Une oeuvre salésienne se veut être:

- un lieu sécurisant, où chaque jeune se sente accueilli "comme il est" et écouté.

- un lieu d'investissement où il sera rejoint dans ses pôles d'intérêt et où il sera constamment encouragé par des adultes attentifs à sa progression.

- un lieu de réussite, où l'on s'appuiera sur ses savoir-faire et où l'on respectera ses rythmes d'acquisition et d'apprentissage.

La pédagogie salésienne est une pédagogie de la réussite. Car c'est en permettant au jeune de mémoriser ses réussites antérieures qu'on lui donne les moyens d'affronter des difficultés supplémentaires. On ne soulignera jamais assez combien 1'accoutumance à 1'échec est génératrice de perte de confiance en soi-même.

 

2 -  Une pédagogie fondée sur la confiance et l'affection.

La confiance est le principe méthodologique de la pédagogie salésienne. En manifestant d'emblée sa confiance vis-à-vis de chaque jeune accueilli, l'éducateur lui permet de reprendre confiance en lui-même, condition indispensable pour être à son tour capable de faire confiance.

L'instauration de cette relation de confiance n'est possible que si le jeune se sent accueilli, avec ses difficultés. « Sans affection pas de confiance, sans confiance pas d'éducation ». Tel est le mouvement de la pédagogie salésienne.

Cette affection doit être, selon Jean Bosco, authentique, inconditionnelle (elle ne doit prêter à aucun chantage affectif qui ne pourrait que perturber gravement la relation éducative), exprimée (il faut que non seulement les jeunes soient aimés, mais qu'ils se sachent aimés) et chaste (nous entendons par ce vieux mot de chasteté une gestion de l'affectivité qui n'enferme pas le jeune dans le propre désir de l'éducateur, mais qui veille à rendre autonome l'affectivité du jeune).

Ainsi pour Jean Bosco, au cœur même de l'acte éducatif opèrent trois verbes

Jean-Marie PETITCLERC

Salésien Don Bosco