Table des matières

2004

2006

2008

2009

Equipe

 

MOUVEMENT CHRETIEN des RETRAITÉS

Anciennement : Vie montante

 

Objectifs

Mouvement organisé en 1962 à partir de la réflexion et de l’expérience d’un groupe de laïcs se réunissant depuis 1951 pour prier et réfléchir à la vocation des « anciens » dans l’Eglise . Ces équipes apportent à leurs membres une aide morale et un soutien à leur vie spirituelle (méditation sur l’évangile, prière personnelle et communautaire. Dimension internationale du mouvement.

 

Organisation

Des groupes locaux se réunissent chaque mois avec un aumônier. Une structure classique (responsables, équipe, aumônier diocésain…) assurent animation et coordination.

 

Publications

Un bulletin paraît tous les deux mois. Lettre aux animateurs et chaque trimestre , Notes aux responsables et aumônier diocésains

 

Dans notre groupement paroissial (Bulletin n°5)

 

Le mouvement Chrétien des Retraités, comme son nom indique, s’adresse au Retraités, aux Retraités chrétiens. C’est un Mouvement d’Eglise, animé par des laïcs et guidé par des Conseillers spirituels (des Aumôniers si vous préférez)   et s’inscrit dans la tradition des Mouvements d’Action catholique d’autrefois (JAC, JOC, JEC…). 

 

Le MCR s’adresse à tous les retraités aussi bien aux jeunes, aux nouveaux qu’aux anciens. Il ne faut surtout pas croire qu’il est réservé aux personnes âgées. Il aide à mieux vivre le temps de la retraite, nouvelle étape de la vie, importante, pleine d’espérance, dans l’amitié et la spiritualité.

 

Le MCR a un conseiller spirituel national, un pour chaque diocèse et chaque équipe locale est guidé par le prêtre du secteur. Dans le groupement de Septeuil, nous formons une équipe (14 membres cette année)  qui ne demande qu’à grandir et se développer.

 

Nous avons une réunion par moi au presbytère avec le P. Jean-Baptiste. Réunion d’échanges, de partage, de réflexion sur des sujets variés. Nous suivons un programme d’année fourni par le Comité national. Le thème de cette année est très riche et s’intitule « Dieu qui nous fait vivre ».

 

Les réunions nous donnent l’occasion de réfléchir et d’approfondir notre foi pour mieux la faire passer dans notre vie et mieux en témoigner.

 

Chaque année, une journée de récollection à Blaru avec les équipes de Bréval et de Houdan; une journée diocésaine, grand rassemblement de 900 à 1000 personnes avec notre évêque. Cette année le rassemblement a lieu à Versailles le 16 mai.

 

Nous serions très heureux d’accueillir de nouveaux membres dans notre équipe local. Retraités de tous âges, pensez à tout ce que le MCR peut vous apporter et rejoignez-nous.

 

Des « passeurs de valeurs »

 

Chacun à sa manière, Jeanine Patrier et Guy Villaros sont des retraités engagés dans la cité et soucieux d'assurer le renouvellement du MCR

 

Jeanine « n'a pas vu l'année passer ». Depuis le 21 septembre 2001, jour où l'usine AZF de Toulouse a explosé, elle n'arrête pas. Visite aux familles sinistrées, coups de fil aux personnes seules, accompagnement des personnes âgées qui retrouvent peu à peu leurs logements, «mais qui ne s'y retrouvent plus»,transport des paroissiens de la Sainte‑Trinité, soufflée par l'explosion, jusqu'à l'église de Lafourguette, qui les accueille depuis... «Mon engagement se situe dehors», explique‑t-elle simplement.

 

Responsable diocésaine du MCR (Mouvement chrétien des retraités), Jeanine Patrier s'est engagée dans le mouvement «un peu comme on renvoie un ascenseur». Lors du décès de, son mari, en 1991, elle avait en effet, confort auprès de la Communauté paroissiale de la Sainte-Trinité. « Cette amitié m’a permis de rebondir », confie-t-elle avec pudeur. Elle avait alors 52 ans, deux enfants et découvrait la vie associative. Au MCR ‑ Jeanine en parle comme d'une famille ‑,elle a rencontré des hommes et des femmes qui avaient, comme elle, « leurs blessures, le sens de la fraternité et le désir d'avancer ».

 

Son groupe, constitué de jeunes retraités, a vite pris l'habitude de répondre présent chaque fois qu'une association avait besoin de bénévoles. Certains donnent ainsi de leur temps au Secours populaire ou au Secours catholique, d'autres épaulent la Banque alimentaire ou s'investissent dans la recherche de fonds pour permettre aux enfants myopathes de Toulouse de partir en voyage.

 

Après l'explosion d'AZF, le groupe ‑ 22 personnes ‑ s'est retrouvé sans paroisse sans église et sans salle pour se rassembler. Il s'est  installé alors dans une salle, pour parler et surtout , pour   s'organiser et aider les personnes du quartier, et relire les événements, «en découvrir la saveur», et rendre grâce ensemble. «Être vivant, c'était déjà une telle grâce! explique Jeanine, restée elle aussi «sans‑fenêtres » dans un appartement «rafistolé» jusqu'au mois de juillet dernier. Avec AZF, nous avons pris conscience que, croyants ou pas, nous étions tous solidaires, inscrits dans le sens de la vie. Nous pouvions espérer en l'humanité ! »

 

Surtout pas un mouvement de vieux messieurs et de vieilles dames

 

Ancien chef de service au Val‑de-Grâce à Paris, puis chirurgien à l’hôpital de Metz, Guy Villaros a lui aussi connu son lot d'épreuves. Victime d'une hémiplégie en 1991‑ il avait alors 57 ans ‑, il a. dû abandonner son métier avant l'heure. L'oeil « fixé sur l'avenir », il s'est alors lancé dans des études de théologie. Aujourd'hui; il donne des cours de bioéthique à l'université de Metz.

 

Entré au MCR avec son épouse, Françoise, «par amitié pour son curé», soucieux de ne pas abandonner le groupe de 15 « vieilles dames » qui avaient pris l'habitude de se réunir, il est, depuis, très attaché aux relations d'amitié et de solidarité qui s'y nouent.

 

Pourtant, il ne le cache pas : sa préoccupation est aussi ailleurs. Il «lorgne» vers les jeunes retraités, et s'interroge sur la manière de les « ramener à la foi » et de les « réintroduire dans l'Église ». « Le MCR n'est pas un mouvement de vieux messieurs et de vieilles dames qui pensent à leur fin dernière. Il a un rôle de transmetteur pour ceux qui ont été nos enfants et qui restent aujourd'hui sur leur faim, démunis face aux graves questions éthiques qui se posent. » Son ambition.? Que les membres du MCR se forment « afin dé devenir dçs passeurs de valeurs ».

Martine de Sauto

La Croix Vendredi 24 janvier 2003

 

MCR

C'est un Mouvement d'Église, animé par des laïcs.
Sa Mission est l'évangélisation du monde des aînés.

Il s'adresse à tous les retraités et préretraités et plus généralement à toute personne en âge de la retraite (hommes et femmes, mariés ou non, valides ou non, de tous milieux sociaux et culturels).

Le mouvement est ainsi à l'image du peuple de Dieu, dans son unité et sa diversité. "Il se veut être constamment attentif et ouvert aux espoirs et aux joies, aux angoisses et aux tristesses des hommes de ce temps, surtout des plus pauvres et des plus souffrants"(Gaudium et spes 1).

Suivant leur style, les équipes ne marchent pas au même rythme et ne travaillent pas de la même façon. Elles ont cependant les unes et les autres les mêmes orientations fondamentales : Amitié, Spiritualité, Apostolat.

Être membre de ce Mouvement n'apporte donc pas une nouvelle activité qui s'ajoute à celles nombreuses que certains ont déjà. Mais, au contraire, cela permet de se ressourcer pour replacer toutes ces activités au centre d'une vie chrétienne bien équilibrée.

Finalement, VIVRE SA RETRAITE, c'est vivre, non pas isolé, mais dans le cadre d'un Mouvement organisé qui est l'une des forces vives de l'Église d'aujourd'hui.

Dans notre paroisse, il y a aujourd'hui une équipe qui fonctionne avec son style propre, mais qui participe chaque année à des activités au niveau diocésain, ce qui témoigne de l'appartenance à un seul mouvement.